dimanche 24 février 2019

Le bon usage des QCM

En France, tout le monde connaît (ou devrait connaitre) le "Système d’évaluation par contrat de confiance" (EPCC) inventé par André Antibi (+).

Les QCM que nous proposons, attachés à nos M@P, répondent au même principe. Ils sont conçus comme des outils d’évaluation - mais d’une évaluation qui a ceci de particulier que chaque élève, quel que soit son niveau de savoirs et de compétences, peut la réussir. À condition de la préparer. À condition de bien vouloir apprendre.

Un Moulin à paroles (M@P) est travaillé en groupe. Disons celui de Ma Bohème. À l’issue de la séquence, le professeur demande aux élèves de retrouver ce M@P sur le site (en utilisant le moteur de recherche), de relire le texte, puis d’ouvrir le QCM qui y est attaché et d’y répondre.

Le professeur précise que chacun peut effectuer ce travail chez lui, au moment qui lui convient. Qu’il peut le faire seul ou avec l’aide d’un camarade. Qu’il peut s’y reprendre à plusieurs fois, en ayant soin de bien lire les corrections que le QCM fournit quand les réponses sont erronées. Et il ajoute que, la semaine suivante à la même heure, le même QCM sera soumis au groupe, mais sur papier. Et que, cette fois, chacun aura à y répondre seul, avec un crayon et une gomme.

Il y a fort à parier que les scores obtenus seront très au-dessus de la moyenne. L’important est qu’ils dessinent un chemin d’apprentissage sur lequel chacun saura qu’il peut s’engager. Et réussir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Éthologie de la langue

Beaucoup, aujourd’hui, voudraient apprendre les langues sans se préoccuper des textes qui les illustrent. L’idée est aussi absurde que si l...