vendredi 22 mars 2019

Épeler pour apprendre

Un enfant de 5-6 ans peut avoir la curiosité de déchiffrer des mots qu'il rencontre dans le monde qui l'entoure. Pour autant, l'essentiel du chemin d'apprentissage, il le fera en écrivant lui-même. Non pas en se demandant comme se disent les mots qu'il voit mais bien plutôt en se demandant comment s'écrivent les mots qu'il dit.

Avec cela, l'erreur est de croire qu'il a besoin d'un crayon. Un enfant de cet âge a besoin d’un crayon pour dessiner. Il peut s'en servir aussi pour copier des mots qu'il a sous les yeux. Mais pas pour les transcrire de mémoire, et encore moins sous la dictée.

Pour cela, il lui suffit d'épeler. L'épellation est une activité merveilleusement efficace qui réclame l'aide, non pas d'un manuel scolaire, non pas d'un dispositif numérique qualifié de "machine à apprendre", mais d'un véritable adulte en chair et en os.

L'adulte montre un mot, qu'il extrait d'une phrase lue. Puis il demande à l'enfant de bien vouloir l'épeler de visu, question de vérifier si celui-ci connait le nom des lettres qui le composent.

Enfin il cache le mot, et il demande à l'enfant de l'épeler, cette fois de mémoire, en lui montrant ses propres doigts (ceux de l'adulte) qui en comptent les lettres.

Voilà, c’est à peu près tout. Avec de pareils équipages d’enfants et d’adultes occupés à épeler de jolis mots, dont ils observent les formes, dont ils recherchent et discutent les significations, la lutte contre l'illettrisme peut devenir l'affaire de tous. À l'école mais aussi dans les quartiers et au sein des familles.

Au non-lecteur, la langue apparaît comme un océan dans lequel il se noie. Le but est de lui faire percevoir les mots comme des suites de sons et de lettres que l'on peut dénombrer.

Nos Moulins à paroles (M@P) proposent d'entendre et de voir les mots à l'intérieur de petits textes que les enfants ont plaisir à apprendre par cœur. Puis de remplacer ces mots par des suites d'étoiles dont chacune correspond à une lettre.

Cette approche est la plus traditionnelle qui soit. Même si aujourd'hui les écrans nous servent de supports.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

L'étonnement et la répétition

La modernité s’épuise à ne pas vouloir dire que l’élève doit apprendre ce que d’autres savent déjà. Et qu’il le fera par la répétition. S...