vendredi 1 mars 2019

La langue est toujours celle des autres

L'enseignement de la langue est prisonnier d'un mythe. On s'imagine que la langue est portée par l'enfant. Qu'il la possède dès sa naissance. Et qu'il lui reste à s'exprimer.

On s'imagine qu'elle est, dans sa tête, dans son cœur, une langue orale. Et qu'il lui reste à traduire par écrit ce qu'elle dit d'authentique pour l’imposer.

Si l'on en croit ce mythe, l'école n'a pas pour mission d'enseigner la langue, puisque l'enfant la possède déjà. Le pédagogue doit seulement l'aider à surmonter les inhibitions qui l'empêchent de penser par lui-même et d'écrire ce qu'il dit.

Si l'on en croit ce mythe, l'élève a besoin d'acquérir des techniques d'expression. Ainsi, on l'entraîne à l'éloquence. On organise des ateliers d'écriture. Mais on refuse de considérer que les difficultés qu'il montre tiennent à une langue elle-même qu'il a trop peu apprise.

Réveillons-nous ! Au contraire de ce qu'on veut croire et nous faire croire, l'élève doit apprendre la langue, pour la bonne raison qu'aucune langue n'est tout à fait la sienne. Où qu'il soit né, la langue est toujours celle des autres. Pour certains enfants, c'est celle des parents. Pour d'autres, ce sera celle de l'école. À condition, bien sûr, que l'école accepte de l'enseigner.

+ Arrière-plan (36)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Notre crooner des rues - La loi et le règlement

Il suffira que je dise " notre crooner des rues" , tous les niçois le reconnaitront. Il est onze heures sur la Place Masséna, deu...