Les attardés

J’avais oublié que les garçons
jouent au foot haletants muets
sans tenir compte de la nuit qui
vient

jusqu’à l’heure où celle-ci
sans lune sous les arbres du square
dérobe le ballon efface leurs mains
dans l’odeur de poussière

quand il passent la grille
la sueur sur leur dos est glacée

Commentaires

Articles les plus consultés