Accéder au contenu principal

Selon l'ancienne tradition

Pour apprendre à lire et à écrire à un enfant, il importe de renoncer d’abord à l’exercice de base de la tradition dix-neuvièmiste, qui consiste à lui faire lire à haute voix des textes qu'il découvre. Et à attendre de lui, en plus de cela, qu'il le fasse avec aisance et fluidité.

Cet exercice ne fonctionne pas. Il permet au mieux le contrôle de la capacité de lecture, pas l'apprentissage. Si des générations d’élèves ont appris avec lui, nous devons nous convaincre que ce n’est pas grâce à lui mais malgré lui, ce qui explique que, dans le même temps, beaucoup aussi ont échoué.

À la place, il convient d’en revenir à l’exercice qui consiste à observer comment s’écrit, puis à écrire soi-même, de mémoire, des textes déjà lus et compris.

Cette seconde démarche est de beaucoup la plus ancienne et la plus universelle. Elle présente l’avantage d’être aussi la plus naturelle, la plus conforme à l’ordre des choses, puisque l’écriture vient après la parole et non pas avant.

Elle ne suppose pas l’existence de règles de correspondances grapho-phonologiques grâce auxquelles on pourrait inférer les formes orales des formes écrites de manière à la fois automatique et assurée. Des règles qui permettraient de lire même des mots inconnus, de lire sans comprendre. Car cela, en français au moins, est impossible.

Lire, en français, consiste à reconnaître sous leurs formes écrites des mots déjà connus. Et vouloir faire comme s'il pouvait en aller autrement est une offense pour l'esprit.

La (vraie) manière traditionnelle amène enfin à ne pas séparer l’apprentissage de la lecture-écriture de celui la langue, comme à ne pas séparer l’apprentissage de la langue de celui des textes.

La méthode dix-neuvièmiste ressortit à une logique industrielle. L’enfant que l’on fait lire est alors tenu de dire en fonction de ce qu’il voit. Il est privé de sa mémoire, de son intelligence. Il est censé se transformer en une sorte d’usine de transformation, de l'écriture en parole, dont on s’attend à ce qu’elle fonctionne de manière automatique.

À la différence de cela, l’enfant qui lit-écrit selon l’ancienne tradition apprend le métier de clerc. Il approfondit sa connaissance des textes, et il se met en position de pouvoir la transmettre à son tour. Très vite, il jouera le rôle du grand frère pour de plus jeunes que lui. Ou de plus vieux, moins aguerris.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un revenant

Nous sortions peu de cet appartement. L’été surtout, à cause de la chaleur qui écrasait les rues. À cause des bruits de violences qui s’entendaient sous nos fenêtres. Mais la nuit, je quittais mon lit, je parcourais le couloir, je passais des portes dans une obscurité presque complète. Je ne reconnaissais pas les lieux. Je me croyais dans une forêt. J’y faisais des rencontres. Une rivière, un pont, un moulin, des animaux, de fiers chevaliers, des fantômes. Avec le temps, je compris qu’eux aussi, de leur côté, me regardaient comme un fantôme. Tel chevalier se signait à ma vue. Je compris qu’ils me prenaient pour un ermite ayant perdu la raison et qui errait sans but. Je buvais l’eau de la rivière et mouillais mes cheveux. Ceux-ci à présent pendaient sur mes épaules. Assis au pied d’un arbre, je mangeais des noisettes en dialoguant avec un lapin et un écureuil. Un couple de colombes parfois me faisait une visite. Priais-je encore ? Il me semble que je répétais indéfiniment la même phra…

Luxe moderne et vieille Hollande

Le mot luxe est-il bien à sa place dans un poème? N’y revêt-il pas un caractère scandaleux, presque obscène? Il n'est pas d'œuvre d'art qu'on ne puisse regarder comme le produit d'un artisanat de luxe. Cela pourtant ne se dit pas. On ne s'attend pas à voir la poésie vanter la richesse matérielle, la préciosité des objets qui ornent les maisons de certaines familles. Le poète, depuis toujours, aurait fait vœu de pauvreté. De manière plus précise, le poète romantique est celui qui s'oppose aux valeurs portées par la bourgeoisie industrielle et commerçante qui triomphe au 19e siècle. Or, Baudelaire, après avoir été riche, fut très pauvre. Il rejeta les valeurs et les usages de la société de son temps. Il changea sans cesse de domicile, transportant de l'un à l'autre ses liasses de papiers dont on craint toujours, rétrospectivement, que l'un d'entre eux ne vienne à s'égarer. Il se conduisit de manière en tout point provocante et autodestruc…

Combien de mots pouvons-nous restituer de mémoire ?

S’il s’agit de mots choisis de manière aléatoire, le nombre de ceux qu’un cerveau humain peut mémoriser reste étroitement limité. Les spécialistes citent le nombre de 5 (voir les tests de dépistage de la maladie d'Alzheimer). Mais avec les M@P, la question se pose de manière différente, dans la mesure où l'exercice consiste à retrouver des mots (formes) extraits d'un même texte. Dans ce cas, c'est la compréhension du texte qui conditionne la possibilité de retrouver les mots, comme c’est, en retour, la possibilité de retrouver les mots qui atteste la compréhension. Et il s'avère alors que cette capacité n’est pas limitée.

Dans l'immense majorité des cas, quand un enfant récite un poème et qu'il commet une erreur dans le choix d'un mot, cette erreur préserve le sens. Cela suffit à nous montrer que, pour lui, apprendre et comprendre ont constitué une seule et même opération.

Il est grand temps de se défaire du préjugé hérité de Montaigne, selon lequel on…