Nous n’oublions pas les mots

Nous n’oublions pas les mots que nous employons pour faire apparaître les êtres et les choses.

Si je dis « lune », la lune apparaît, mais sans pour autant perdre son nom. Celui-ci ne se fait pas oublier. Et si, dans ma toute première enfance, la lune a porté un autre nom, ce nom restera à jamais celui qu'elle portera le mieux.

La Grande Société Libérale voudrait que les langues soient pour nous comme des monnaies utiles. Que nous nous en servions sans trop nous arrêter aux mots. Sans y attacher trop d'importance. Précisément pas à la lettre des mots. Que nous regardions et utilisions notre langue maternelle comme une parmi les autres. Capable de faire apparaître les choses. En oubliant aussitôt les mots qui les font apparaitre. Comme les monnaies évidemment convertibles font apparaitre des produits dans les chariots des supermarchés.

Mais ce n’est pas ainsi que les choses se passent. Les mots ne se séparent pas des êtres. Ils s’impriment en eux.

Et nous autres humains sommes occupés à déchiffrer la lettre des êtres et des choses.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés