Qu'appelle-t-on semi-voyelle (ou semi-consonne) ?

Comment présenter le concept aux élèves ? Pour ma part, je procède ainsi:

Nous commençons par travailler sur des mots qui n'en contiennent pas. Nous posons que le contraste entre voyelles et consonnes est d’ordre phonétique, à savoir qu’il concerne ce que le mot donne à entendre. Ce qui signifie que nous renonçons définitivement à dire si une lettre est voyelle ou consonne.

[En italien comme en latin, il n’y a aucun inconvénient à appeler "voyelles" des lettres aussi bien que des sons, dans la mesure où le nombre de sons voyelles correspond exactement à celui des lettres, à savoir 5. Mais ce n’est pas du tout le cas en français, où les sons voyelles sont beaucoup plus nombreux que les lettres qui sont en charge de les coder et auxquelles on a gardé la vieille habitude de donner le même nom.]

Nos activités nous conduisent à dégager la règle suivante:

En français, (i) les mots se découpent en syllabes, (ii) chaque syllabe contient une et une seule voyelle vocalique, qui constitue le cœur de la syllabe, et donc un seul phonogramme vocalique dont l’écriture se compose d’une, deux ou trois lettres.

Nous posons que cette règle est une vraie règle, ce qui signifie qu’elle n’admet aucune exception.

Ensuite nous considérons un mot comme violon.

Nous le syllabons en frappant dans nos mains, et là nous remarquons que la première syllabe contient à elle seule ce qui nous apparaît comme 2 voyelles bien distinctes.

Que se passe-t-il ? Comment faut-il donc les considérer ?

Si l’élève me dit alors que la règle que je lui ai enseignée est fausse, que je me suis trompé, je suis très content. Car il me montre ainsi qu’il a bien compris (et qu'il n'a pas peur de moi, ce qui est très important aussi).

Pour autant, je lui fais remarquer qu’un des deux sons "voyelles" qu’il distingue est plus marqué que l’autre. J'ajoute que c’est lui et lui seul qui marque le cœur de la syllabe, et dans ce cas, il s’agit bien du ‘o’, tandis que notre prononciation glisse sur le ‘i’.

Ce son glissé nous l’appellerons donc "semi-voyelle", ou "semi-consonne".

Après cela, nous pouvons nous servir du Dico Syllabons en repérant les mots qui contiennent des demi-consonnes, pour en faire une étude un peu plus systématique.

Cela peut paraître bien compliqué mais ne l'est pas. Ces notions doivent être claires pour l'adulte qui enseigne. Il doit s'y appuyer, leurs faire confiance. Mais, ensuite, dans les activités qu'il conduit avec un enfant de 6 ans, il suffira de parler de sons bleus, rouges, violets, et des lettres qui les écrivent.

L'important est de travailler sur ce balancement, sur ces comparaisons entre les sons (phonèmes) et les lettres qui les codent (phonogrammes). L'important est de ne pas laisser les lettres écraser les sons (les faire oublier). C'est en cela que consiste la méthode Syllabons.

Commentaires

Articles les plus consultés