Clément Boriello et la transmission culturelle

Je m’appelle Clément Boriello et je suis né à Nice en 1994. Je suis diplômé d’un Master de Philosophie. Passionné par l’histoire des idées, mes centres  d’intérêt sont vastes, le plus souvent liés à la culture et au patrimoine. Je suis attaché à la notion de transmission. Transmettre un savoir, c’est d’abord apporter du sens à un individu, l’orienter vers sa réalisation, cela à tout âge et d'où qu'il vienne. Rien ne se faisant sans le prérequis du langage, sa maîtrise est nécessaire au devenir de l'individu et à la cohésion sociale. Voilà sans doute ce qui sous-tend l’intérêt que je porte aux Moulins à Paroles (M@P).

Mon premier contact avec eux remonte à l’âge de 16 ans. C'était au collège Don Bosco où j’avais pu assister Christian lors d’un stage d’été. J’ai eu par la suite l’opportunité de vérifier leur efficacité en les utilisant avec des élèves d’écoles primaires, dans le cadre de l’accompagnement extra-scolaire. Je suis également intervenu dans des stages d’intégration auprès de groupes de primo-arrivants et j’utilise encore les M@P lors d’interventions en collège.

Je travaille dans une école niçoise de Français Langue Étrangère où j’ai souvent pu les utiliser dans mes programmes et constater leur pertinence auprès des publics non francophones.

La curiosité et l'engagement du public concerné stupéfient et enchantent tous ceux qui voient (ou font) tourner les M@P. Sur un mode ludique, les M@P offrent une stimulation, un "challenge" et une gratification tangibles aux élèves comme aux coachs.

Bien que ce soit là leur première fonction, les M@P ne sont pas seulement des outils d’apprentissage de la lecture. Ils créent en outre de riches interactions qui permettent d’entraîner les apprenants sur de nombreuses pistes culturelles, par les opportunités d’approfondissements qu’ils autorisent durant la classe, et par la possibilité d'usages autonomes qu’ils proposent ensuite.

Commentaires

Articles les plus consultés