Ségur | L'enterrement


Quand la procession arriva au petit jardin de Sophie, on posa par terre le brancard avec la boîte qui contenait les restes de la malheureuse poupée. Les enfants se mirent à creuser la fosse ; ils y descendirent la boîte, jetèrent dessus des fleurs et des feuilles, puis la terre qu’ils avaient retirée ; ils ratissèrent promptement tout autour et y plantèrent deux lilas.Pour terminer la fête, ils coururent au bassin du potager et y remplirent leurs petits arrosoirs pour arroser les lilas ; ce fut l’occasion de nouveaux jeux et de nouveaux rires, parce qu’on s’arrosait les jambes, qu’on se poursuivait et se sauvait en riant et en criant. On n’avait jamais vu un enterrement plus gai.

Commentaires

Travaillé ce soir avec une dame tunisienne, à la suite du travail initié par Christian. Nous nous sommes attardées sur la deuxième partie du texte. Rappel de la définition des mots plus compliqués et de la forme déroutante du passé simple. Nous avons mâché les mots, tranquillement. Agréable promenade dans le jardin de Sophie, dans l'odeur des lilas...
Première séance avec Ninon à la suite de Christian. Une bien agréable séance avec beaucoup d'attention et de sourire. Merci Ninon!
Ninon a dit…
Travaillé pour la première fois avec Isabelle Pozzi était un tout peu changeant de Christian Jacomino,mais elle était aussi gentille que lui...donc merci
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.
Texte terminé avec Ninon aujourd'hui. Pauvre Comtesse de Ségur! Nous nous sommes amusées à changer tous les noms de son texte pour inventer une autre histoire!! Pas simple de trouver les bons accords parfois!

Articles les plus consultés