La place du père

J'aime dans Compagnie le récit que
Samuel Beckett fait de sa propre
naissance vécue par son père. Celui-ci
se dépêche, quand l’accouchement
est annoncé, de déguerpir dans la
montagne avec un quart de scotch
et des sandwiches. Comme il atteint
vers midi le premier sommet il les
savoure à l'ombre d'un mégalithe
en regardant la mer.
Puis, quand il revient onze
heures plus tard, il apprend que
le travail se poursuit. Alors, plutôt
que de rentrer dans la maison, il va
s'enfermer dans la remise au fond
du jardin où il s'assied au volant
de sa De Dion Bouton dans le noir.
C’était le 13 avril 1906. Le père
apparaît ici comme un personnage
burlesque du cinéma muet et l’auteur
s’en amuse. Il s’assied près lui dans
la vieille voiture, il se met à sa place.

Commentaires

Articles les plus consultés