La renouée aux oiseaux, de Paola Pigani

Quelquefois la poésie est habitée par le roman. Qu’elle puisse l'être ne signifie pas qu’elle serait aujourd'hui capable de raconter une aventure comme elle faisait au dix-neuvième siècle, disons dans La Légende des siècles. Entre temps elle est devenue un art parcimonieux. On la reconnait le plus souvent au vide dans les pages. Pourtant il lui arrive encore de dire des histoires, de celles comme dans la vie où le temps se répète. S'enroule. Ne passe pas. Et de faire vivre des personnages. C'est ce qu'on voit dans le beau livre de Paola Pigani, La renouée aux oiseaux, paru à la Boucherie littéraire en 2019. Le personnage est celui d'une "pauvre folle", comme on dirait une "mauvaise herbe", qui a perdu un enfant et qui lui survit dans une institution où elle effectue de gros travaux de cuisine et de ménage, sans qu'on sache si elle y est employée ou plutôt accueillie.

Les textes qui ornent les pages se lisent l'un à la suite de l'autre sans en sauter aucun. Si j'étais professeur de français en collège ou lycée, je conseillerais à mes élèves d’aborder l’ouvrage comme un roman graphique. Ici les dessins sont remplacés par des poèmes. Ils se lisent aussi vite, s’appréhendent, s’impriment dans la mémoire presque d'un seul coup d'œil, tandis qu'on s’arrête sur certains pour rêvasser ou les scruter comme à la loupe. En voici un:

On nous envoie creuser la terre
sortir au jour betteraves
et topinambours

Après je me fais attraper
on me fouille
avec les autres
voleuses de jardin

Dans ma chasuble
je n'ai qu'un caillou creux

L’histoire a réveillé en moi le souvenir d’un autre livre qui n'est pas de poésie ni davantage un roman. Dieu gît dans les détails est paru chez P.O.L. en 1993. Marie Depussé y rend compte de son expérience de vie à la clinique psychiatrique de Cour-Cheverny, dite clinique de La Borde, dans le Loir-et-Cher, du temps que celle-ci était dirigée par son fondateur, Jean Oury, et où Félix Guattari animait chaque semaine des réunions institutionnelles avec les souffrants.

La malheureuse de Paola Pigani aurait pu prendre ce pli de venir parler à Marie Depussé dans la cuisine, à l'heure de la vaisselle. Comme Paola Pigani aurait su animer des réunions institutionnelles entre Jean et Félix.

+ Le blog de Paola Pigani

Commentaires

  1. Merci Christian pour cette découverte de texte. Citer Oury et Guattari ne se voit pas tous les jours et me renvoie à des lectures plus que passionnantes... me voilà repartie dans une vie antérieure, de lointaines études... et je me rends compte à quel point ce qu'on pensait effacé de notre mémoire y est parfois resté gravé et prêt à resurgir au moindre rappel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos gouvernants et leurs opposants sont d'accord au moins sur un point. Ils veulent des solutions globales. Valables partout et pour tous. Jean Oury et Félix Guattari ont fait vivre un lieu. Ce sont eux que je me donne pour exemple.

      Supprimer
    2. Ce sont des exemples éclairants... comme d'autres, ils ont prouvé par l'expérience vécue en commun qu'un autre fonctionnement social était envisageable... demain sera ce que nous en ferons...

      Supprimer
  2. Paola Pigani, poète, romancière16 février 2020 à 19:05

    Un grand merci à vous Christian pour votre article et le pont vers le livre de Marie Depussé . Sincérement .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés