À vivre seul dans le confinement...

À vivre seul dans le confinement, on finit par réchauffer des boites de conserve et à se prendre pour Gu Minda dans sa planque marseillaise. Pendant l’heure où je sors, j’évite les boulistes (cf. Le Deuxième souffle de Jean-Pierre Melville)

Commentaires

Articles les plus consultés