Le français à distance

Je ne m’étais jamais servi de Skype, ni d’aucun autre outil de visioconférence. Mais, quand le confinement a été décidé, j’ai voulu essayer à mon tour.

J’ai demandé conseil à des amis et, en quelques jours, nous avons mis les Moulins à paroles (M@P) au service de l’enseignement à distance. 

Très vite l’expérience a montré que les M@P fonctionnaient de cette manière de façon encore plus efficace et paisible.

Les séances sont courtes : 30 à 40 minutes seulement, mais le coach est tout à son élève. Et il lui apprend d’abord à se poser sur le texte. À entendre ce que l’auteur exprime à travers lui, en même temps qu’à observer chaque détail de son écriture.

Avec les M@P, la leçon de français ressemble à une séance de méditation. On apprend à son rythme, des poèmes, des chansons, des contes qui sont parmi les plus précieux. Et on le fait d’un pas tranquille, comme on se promènerait à deux dans le parc d’un château.

En plus, nos leçons resteront gratuites jusqu'à la fin du confinement. N'hésitez pas à demander un rendez-vous.

Commentaires

Je souscris totalement au billet de Christian qui reflète mon expérience et mes pratiques ( de la méditation et des m@p).
J’utilisais depuis longtemps la visio et j’étais convaincu par l’effet bulle du dispositif. Je rajouterai que la mise en scène par le biais des webcams et autres micros soutien les effets narratifs et le plaisir de s’exprimer.
Merci pour ce commentaire, Cédric. Il me donne l'occasion de préciser que tu fais partie, avec Isabelle Pozzi et Michel Roland, du trio d'amis qui m'ont le plus aidé dans cette adaptation des M@P aux conditions de l'enseignement à distance. Les personnes qui opposent très radicalement l'humain au numérique ne savent pas (ou ne veulent pas savoir) combien l'entraide, la coopération font partie du jeu.
Tout comme Christian, je n'avais jamais réellement expérimenté les systèmes de communication vidéo à distance et j'y étais, pour tout dire, un peu réticente. A situation exceptionnelle, moyens inhabituels, me voilà sortie de ce que je croyais être ma zone de confort... et séduite par ces outils qui loin d'être intrusifs, comme je le craignais, nous laissent le choix du moment, de l'endroit où nous pratiquons. Le choix également du nombre de personnes par séance, la possibilité du tête à tête en voyant autant de personnes qu'avant dans une journée car aucune perte de temps en déplacements et une totale présence et adaptation pour chacun.
En effet il y a du recentrage là dedans, de la concentration, un abandon du superflu au profit de l'essentiel et de la relation attentive.

Articles les plus consultés