Pour l'école vivante

Il me semble que la crise sanitaire du Coronavirus nous a fait découvrir ou redécouvrir deux choses à propos de l’école. 

La première est que la fonction la plus précieuse de l'école tient à l’accueil les enfants. On attend d’elle qu’elle leur fournisse un toit, un lieu où ils soient à l’abri des violences du monde. Où ils ne soient plus seuls avec leurs parents.

La seconde est que les enseignements et les apprentissages s’opèrent au cœur d’une relation à trois, qui implique des élèves, des professeurs et des parents. Le cadre naturel et efficace des apprentissages consiste en cela. Et nous devons rester attentifs à ce que les programmes officiels, les directives ministérielles et les évaluations internationales ne viennent pas écraser ce fonctionnement communautaire.

L’éducation des enfants doit être douce et naturelle autant que celle des plantes et des animaux. Le moment est venu de sortir de l’ère de l’enseignement programmé et normatif. Et d’entrer dans celle de l’école vivante.

Commentaires

Nous y travaillons au quotidien cher Christian... nous faisons notre part et par bonheur nous ne sommes pas les seuls... j'ose espérer que peu à peu cette pensée vienne contaminer positivement la pensée normative...

Articles les plus consultés