Pour répondre à une ancienne élève

L'une de mes anciennes élèves (elle se reconnaitra ici) me pose la question de savoir pourquoi les écoles sont fermées pendant deux pleins mois d'été. La connaissant, je crois deviner à quoi elle pense. Que si, pendant ces deux mois, certains enfants vont séjourner chez leurs grands-parents qui ont une maison de belles pierres, entourée d'un jardin, sur l'île de Ré ou dans le Luberon, d'autres, beaucoup plus nombreux, restent à zoner au pied de leurs tours HLM. Pour un vieux professeur comme je suis, avoir une ancienne élève qui songe à lui poser ce genre de question, n'est-ce pas le Graal? Je l'en remercie. Cela se passait à l'école du Château, au sommet du Vieux Nice. Je me souviens de son regard intelligent quand elle avait dix ans, mais aussi que, cette année-là, pendant les moments de travail écrit, nous écoutions Madonna et les sonates pour piano de Beethoven, et quelquefois aussi la sonate dite "À Kreutzer" interprétée par Yehudi Menuhin au violon et, au piano, sa sœur Hephzibah. Enfin, pour lui répondre, je dirai que ne suis pas du tout spécialiste de l'histoire de l'école mais que je ne peux pas ignorer que celle dite "de la République" advient au 19e siècle dans une France massivement paysanne. Et que l'été était alors la saison des moissons, et qu'il paraissait important que les enfants soient rendus à leurs parents pour pouvoir y participer. Ce qui, concédons-le, n'est plus le cas aujourd'hui. Ou est-ce que je divague?

 

Commentaires

Articles les plus consultés