Une compote de pomme

La mère a promis une compote de pomme 
pour dessert et elle l’a
préparée, avec ce qu’il faut
de sucre vanillé, 
puis une pincée de cannelle. 

L’air de la cuisine en a été étourdi
de bonheur. Mais quand
les mains chéries versent la compote
de la casserole où elle a cuit dans
un grand bol de faïence, celle-ci
est bien trop chaude pour être
consommée.

Alors la figure absente
(qui s'efface) ouvre la fenêtre,
pose le bol en équilibre sur le rebord
et l’oublie, fumant dans le froid 
de l’hiver qui sent (ici) le sable du 
désert sous le ciel gris.

(Il y eut trois chameaux passant sous
la terrasse dans la rue.)

Et l'enfant reste le front appuyé à
la vitre à contempler la compote qui
refroidit.

Commentaires

J'eusse pu citer la rue Parnet, à Hussein-Dey
Dvorah a dit…
Vous n'êtes pas partis en ballade, laissant la porte ouverte pour Boucle d'or ?

Articles les plus consultés