La difficulté relève de la linguistique

Le cerveau des petits français n’est pas différent de celui des enfants des autres pays. Mais la langue qu’ils ont à apprendre est très particulière quant aux rapports entre les formes orales et les formes écrites. 

L’enseignement de la lecture-écriture devrait être centré sur cette difficulté, tandis qu’on fait tout pour éviter de la prendre en compte. On s'obstine à vouloir faire comme si les choses étaient simples quand elles ne sont pas. Le recours aux sciences cognitives est la nouvelle façon d’éviter de regarder du côté de la langue. Par pudeur ou par timidité, on ne veut rien en savoir. 

Je propose au contraire de mettre de la clarté et de la distinction dans les mots. De décrire et mesurer, de manière aussi précise que possible, les difficultés auxquelles on se heurte, les concernant. Et comme outil de base, je construis et partage avec vous ce Répertoire

Commentaires

Une fois le principe compris, Baptiste a trouvé le travail de ce matin sur les noms d'animaux plutôt plus facile que le travail sur le texte...

Articles les plus consultés