Puisqu'on parle des violences policières...

Je promène mes Moulins à paroles (M@P) dans les Zones d’éducation prioritaire. Un jour, un ami journaliste a bien voulu m’accompagner, le temps d’une leçon dans une classe de 6e. Nous avons travaillé un poème assez difficile, de Rimbaud je crois, et les élèves y ont mis un talent à laquelle notre visiteur ne s’attendait pas. Puis celui-ci a voulu les interroger à propos de la vie dans leur quartier. L’un est venu au tableau pour s’exprimer au nom des autres. Il a dit: "Dans notre quartier, il y a des squares avec des jeux. Nous voudrions bien y passer du temps, mais les dealers nous interdisent d’y entrer. Quand deux ou trois d’entre nous essaient de le faire, les dealers lâchent leurs chiens. Nous en avons parlé aux policiers, ils nous ont écoutés mais les dealers n'ont pas quitté les squares. Ne pourriez-vous pas, vous, Monsieur, demander aux policiers qu’ils nous aident vraiment?"

Commentaires

Articles les plus consultés