N'y pense plus. Tout est bien

Une heure plus tard, Andrew s’est habillé et il a pris un petit déjeuner complet devant la fenêtre toujours ouverte, dans la même chambre inondée de soleil. Il rappelle Maïa. Celle-ci lui explique : "Le docteur Narendra Singh a son cabinet dans le quartier le plus ancien et le plus peuplé de la ville. Celui où les rues sont les plus étroites et les plus enchevêtrées. Un quartier dans lequel les taxis refusent de s’aventurer." Et elle ajoute : “Tu te fais conduire jusqu’à l’entrée du jardin botanique mais ensuite, il faudra que tu continues à pied.”
Elle lui indique l’itinéraire compliqué qu’il devra suivre. Andrew le note dans un carnet. Néanmoins, il proteste : “Mais enfin, avec Google Maps, cela devrait suffire. Je suis allé partout avec Google Maps, même à Tokyo, et je ne me suis jamais perdu.
-- Oui, mais là-bas Google Maps ne s’y reconnaît plus. Les ruelles sont trop serrées. Si tu te fies à Google Maps, tu risques de te perdre. Si tu ne t’y fies pas, aussi, d’ailleurs… Et je ne veux pas que tu te perdes, Andrew. Je veux que tu arrives au but. Un jour, avec moi, tu es arrivé au but, tu te souviens ? C’était il y a six ans. Comparé à toi, j’étais très jeune encore. J’avais trente ans à peine.
-- Tu étais d’une beauté à couper le souffle, et tu ne me lâchais pas des yeux. Je vous parlais de François Truffaut et d’Alfred Hitchcock. Mon cours était tiré au cordeau. Je l’avais inauguré à l’université d’Austin (Texas) six mois auparavant, devant une cinquantaine d’étudiants ultra-connectés, cachés derrière leurs ordinateurs portables et qui n’arrêtaient pas de prendre des notes. Je craignais à chaque instant que l’un d’entre eux ne lève la main pour corriger une erreur que j’aurais faite, concernant un titre, une date. Mais non, j’étais arrivé au bout du cours sans la moindre objection. Et voilà qu’à Murmur, vous n’étiez plus que douze, assis sur des coussins.
-- Bon, j’avoue que je m’étais pas mal débrouillée. Aujourd’hui, je suis tellement surprise et heureuse de parler de cela avec toi, comme on fait maintenant. Tu veux me dire pourquoi c’est la première fois que nous en parlons ainsi ? Je voulais un enfant. J’avais décidé qu’il serait de toi. Pas parce que tu étais le plus célèbre, ni d’ailleurs le plus intelligent, mais parce que tu croyais en ce que tu disais. Tu parlais de Truffaut et Hitchcock et l'on voyait que tu les aimais, et que tu voulais nous les faire aimer aussi. En plus tu n’avais pas le moindre mépris pour le cinéma indien, le plus populaire. Tu en parlais avec sérieux. Nous avons couché ensemble, trois nuits de suite, pas deux ni quatre, dans ce luxueux hôtel où je t'ai retrouvé, où tu te trouves à présent. Tu as été doux et délicat. Respectueux. Et aujourd’hui, tu payes. Est-ce si grave, dis-moi, que tu payes ce que tu payes, pour ce que nous avons fait ensemble, au point que tu ne puisses pas en reparler avec moi et que tu ne puisses jamais voir cet enfant ?
-- Ma femme était malade, Maïa.
-- C’est ce que j’ai cru comprendre. Tu ne m’en as rien dit, tu n’avais pas assez confiance en moi pour m’en parler, mais d’autres personnes me l’ont fait savoir. Et maintenant c’est passé. Laisse faire, Andrew, laisse couler. Tout est bien. Ta femme a été malade, maintenant elle ne l'est plus. Elle repose. J’ai un nouveau compagnon. Nous pouvons être amis.
-- Ma femme était malade, Maïa, et maintenant elle est morte. Et je suis terriblement seul. Mais ne veux-tu pas que nous en revenions au programme de cet après-midi ? 

Commentaires

Articles les plus consultés