Une famille recomposée

Andrew n’est pas croyant mais la petite église abrite un harmonium hors d’usage. Andrew trouve moyen de le faire réparer, ce qui permet à Norah de s’y asseoir et d’en jouer durant la messe. Le son est aigre, les notes qui se prolongent ne laissent pas de chevroter, mais cette musique a du succès, si bien qu’en quelques semaines le public, habituellement composé de quatre ou cinq fidèles, double son effectif. Le prêtre a de l’humour. Il dit : “On se croirait à Rome.”

Le prêtre s’appelle Kwame. Il est ghanéen et lecteur attentif d’ouvrages de psychanalyse. Andrew entretient avec lui un dialogue qui se noue dans la minuscule sacristie où ils restent debout, dans les parfums mêlés d’encens, de poussière et de moisi, et qui se poursuit par e-mails.

Andrew n’a jamais cessé de correspondre avec Fiona, son étudiante préférée. Il lui écrit que Kwame est très admiratif de la doctrine de Françoise Dolto et qu’il songe à ouvrir une crèche, dans le quartier de l’église, qui fonctionnerait sur le principe de la Maison verte que Dolto a créée à Paris, en 1979. “Il pense que nous pouvons l’aider à réaliser ce projet, Norah et moi. C’est nous accorder une confiance qui nous honore et que, dans la mesure du possible, nous essaierons de ne pas décevoir.”

Fiona, de son côté, a donné naissance à une petite Gina. Il n’a jamais été question du père dans ses courriers, mais elle annonce qu’elle a obtenu une bourse de recherche à l’université d’Austin (Texas), où elle donne quelques cours d’anthropologie et où elle vit avec son enfant. “Nous habitons un bungalow à l’intérieur du campus. Chaque soir, des voisins m’invitent à lancer le frisbee au-dessus des pelouses et à boire de la bière, ce qui n’est pas bon pour ma ligne. Mais nous organisons aussi de minuscules concerts et nous serions tellement heureuses, Gina et moi, de vous recevoir.”

Andrew lui répond qu’après avoir été amoureux de la mère, il est déjà amoureux de la fille (“Envoie-moi encore de tes petites vidéos”) mais que, pour l’heure, il ne se sent pas le courage de voyager. “Il semble que ma vie, désormais, doive se dérouler ici, entre Scarlett et Murmur, que j’y ai trouvé ma place. Mais j’ai parlé de vous à Norah et celle-ci me charge de te dire que, si tu n’as pas d’autre projet pour tes prochaines vacances, la maison est assez grande pour vous recevoir. Nous formerions quelque chose comme une famille recomposée.” Et Fiona à son tour : “Vous nous adopteriez.”

 

Commentaires

Articles les plus consultés