Avec Kaija Saariaho


Soirs de gris léger
la prison d’air dessine
la boucle d’un ruban
un rayon de solEil cligne
de l’Œil sur l’Œil des fenêtres
les bougainvilliers
accrochés aux grilles
pOsent du mAUve
silenCieux et transparENt
dans le gris du sOir
nOire souris trotte
l’unique passANt décline
les stridENces des violons
les battemENts d’AilEs des jardINs
la nuit des fontAInes
consOlent l’Âme

Ô temps des bois légers
cassants tant ils sont sEcs
et parfuméS à la Section
les enfants se retrouvent l’été
dans un jardin dont la chAleur
les fait ne sortir jamais
les fées déguisées en grenOUilles
le kiosque déguisé en puits
bourdonnent d’insectes
On dort fenÊtres ouvertes
vÊtu de rien


Commentaires

Articles les plus consultés