Une seule personne...


Une seule personne dans ce monde m’a choisi
Puis après une longue vie commune 
près de moi s’est éteinte
Ô mort
Tu la gardes dans l’attente
Que je puisse la rejoindre
Dans la paix des grands arbres et des nuages
Qui courent dans le ciel
Dans le scintillement des étoiles
Dans le bruit de la mer dont les vagues bercent
Le sommeil des gens de notre pays
Dans l’œil tendre des souris qui se faufilent entre
Les tombes Ô mort
Crois bien que je trouverai mon chemin jusqu’à elle
Sans crainte des Lestrygons, des Cyclopes, ni
de la colère de Poséidon
Sans doute visiterai-je des ports différents
chaque nuit, des îles où les tortues sont hautes
comme des ânes, des grottes où des trésors
de bijoux scintillent dans le noir, où les senteurs
de l’ambre, où les miroirs profonds inclinent
à la paresse Mais rien ni personne ne pourra 
me retenir car je sais désormais 
où se trouve mon Itaque
Ô mort
Et j’y marche avec délice, le cœur libre
de toute haine, de toute crainte, de toute envie

Extrait de Reprises. À retrouver dans nos Petits livres

Dimanche 29/09/2019


Commentaires

Si touchant... et si libérateur...

Articles les plus consultés