Tadira - Envoi

Pour contribuer au Hirak (الحراك)


Abrar occupe le sommeil de mes nuits
et le sommeil de mes nuits me dit que
Abrar fut une colonie peuplée par des
socialistes utopiques (saint-simoniens),
des pêcheurs de coraux venus en barque
de la côte amalfitaine, des jardiniers exilés
des Îles Baléares, experts dans la
culture des vignes. Il va de soi que
le sommeil de mes nuits ne dit pas toute
la vérité, même si je sais qu’il dit toujours
la vérité, ou plutôt que je ne sais de vérité
que celle qu’il me dit. Il dit que les colons
ensemble avec les populations locales
— Musulmans et Juifs —
pendant des décennies, ont expérimenté
les formes d’une vie commune (plusieurs
langues, plusieurs peuples, plusieurs
religions, ou pas de religion du tout) 
jamais advenue, tordue de douleurs et 
souvent de délices, dont les Puissances 
du Nord comme celles du Sud n’ont pas 
voulu. Il fallait que l’expérience échoue.
Le nombre de morts, le chagrin, la pauvreté
ne comptaient pas, pourvu qu’elle échoue. 
Et il faudra qu'un jour pourtant, d'épaule nue
elle réussisse.

Commentaires

Numa a dit…
Ce jour d’épaule nue si bien chanté par Jean Ferrat.
Ce jour de palmes, ce jour de feuillages au front…
Anonyme a dit…
Merci Christian, je ne connais pas le jour d'épaule nue je vais chercher Anne Dorveaux

Articles les plus consultés