Molière | Le Bourgeois gentilhomme

MONSIEUR JOURDAIN. 
Paix ; songez à ce que vous dites. Savez-vous bien, ma femme, que vous ne savez pas de qui vous parlez, quand vous parlez de lui ? C’est une personne d’importance plus que vous ne pensez, un seigneur que l’on considère à la cour, et qui parle au roi tout comme je vous parle. N’est-ce pas une chose qui m’est tout à fait honorable, que l’on voie venir chez moi si souvent une personne de cette qualité, qui m’appelle son cher ami, et me traite comme si j’étais son égal ? Il a pour moi des bontés qu’on ne devinerait jamais ; et, devant tout le monde, il me fait des caresses dont je suis moi-même confus. 

MADAME JOURDAIN. Oui, il a des bontés pour vous, et vous fait des caresses ; mais il vous emprunte votre argent. 

 Acte III, scène 3.

Commentaires

Articles les plus consultés