Le colloque de Milan

« C’était le première fois que tu étais invité à un colloque de ce genre.
— Pas pour y intervenir…
— J’entends. Mais invité tout de même.
— Grâce à Éric Lambert, mon directeur de thèse. Pour qu’on vienne te chercher dans ton lycée de province quand tu n’as encore rien publié…
— Il faut que quelqu’un de connu signale ton existence, communique ton nom. Est-ce que les choses ne se passent pas toujours ainsi ?
— Sans doute. Et, dans ce cas, cette invitation signifie qu’Éric Lambert, au moins lui, s’intéresse à mon travail.
— C’est ton directeur…
— Les directeurs de thèses avouent qu’ils lisent les pages que les doctorants leur envoient pendant les six premiers mois, un an tout au plus. Ensuite, ils se fatiguent de corriger les fautes d’orthographe, les phrases mal construites. Ils sont comme des amoureux déçus. Ils boudent. Ils regardent ailleurs. Ils laissent courir.
— Tandis qu’avec toi, l’idylle se prolonge.
— Je fais de mon mieux. »

Jean-Michel Sorrenti n’est plus un jeune homme. La quarantaine bien sonnée, professeur d’histoire-géographie au lycée de la ville, il a été marié et il a un enfant. Voici cinq ans, quand sa femme l’a quitté, emmenant avec elle leur fillette, la solitude lui a fait se souvenir d’un voyage qu’il avait effectué en Kabylie, puis d’un autre, l’année suivante, au Maroc. C’était à un moment où déjà sa femme et lui ne se supportaient plus. L’ennui. Des disputes sans motifs. Des reproches. Lors du deuxième voyage, une amie lui ayant proposé de la rejoindre dans l’Aveyron, Corinne Sorrenti avait décidé de rentrer en France plus tôt que prévu, et Jean-Michel était resté à Marrakech où, chaque jour, pendant plus d’une semaine encore, il avait passé tout son temps au Musée Tiskiwin où sont rassemblées les collections personnelles de Bert Flint. Il s’était senti alors aspiré par la planète afro-berbère ; la curiosité que celle-ci soudain éveillait en lui, comme s’il avait été destiné depuis toujours à la connaître et à l’aimer, lui faisait parler (en souriant à peine) de « conversion » ; et après coup il s’était dit qu’à l’intérieur de ce champ anthropologique immense, il pourrait trouver peut-être un sujet d’étude, aussi clairement circonscrit que possible, qui donnerait un sens nouveau à sa vie, l’autorisant à beaucoup lire et écrire tout au long de l’année, en marge de ses heures de cours, et à beaucoup voyager durant ses vacances.

Son travail consistait à tirer profit des nouvelles technologies, et plus précisément des observations satellitaires synthétisées par un logiciel expérimental auquel il avait pu avoir accès et qui devait être rendu accessible au grand public, quelques années plus tard, sous le titre de Google Earth. Le but était de rendre plus complète et plus précise la cartographie du vaste itinéraire transsaharien que couvrent les populations nomades, d’origines berbères (Imazighen), allant du nord au sud, de Marrakech jusqu’à Tombouctou, après un large détour à l’ouest, passant par Tamanrasset en Algérie, puis Agadez et Tahoua au Niger.

Et à présent, c’est un dimanche d’avril. Tout le petit groupe des choristes de l’ensemble Corps à cœur, dont Jean-Michel fait partie, s’est retrouvé pour déjeuner dans le jardin de la maison de son chef, Bernard Loriot, sur la rive du Canal de Bourgogne, et Jean-Michel n’est pas fâché de devoir répondre aux questions que lui posent ses amis concernant le voyage qu’il vient de faire à Milan. Car le colloque en question a eu lieu dans la capitale de Lombardie, où il était accueilli (et largement financé) par la Fondation Prada, Miuccia Prada elle-même ayant rappelé dans son discours d’ouverture quel intérêt sa famille porte aux bijoux, dont l’art est traditionnellement développé par les peuples arabo-sahariens, lesquels, encore qu’ils soient très majoritairement musulmans, et sunnites, dérogent en cela aux règles promulguées par les fondamentalistes religieux se réclamant du wahhabisme.

→ Nice-Nord. Téléchargez gratuitement le travail en cours - PDF ou EPUB. Adressez votre demande en utilisant le formulaire de Contact.

 

Commentaires

Articles les plus consultés