Scène du balcon

« Parle-moi encore de la petite piscine sous le magnolia.
— Cléo est rentrée pour arrêter la musique, puis elle est revenue près de moi, sur le balcon.
— Vous vous teniez penchés par-dessus la rambarde. Serrés l’un contre l’autre. Immobiles.
— Nous écoutions le clapotement de l’eau et les voix des fillettes. T’ai-je dit que Jérémie refusait de lire certains chapitres du livre en préparation que lui transmettait le Comité ?
— Non, mais je devine. Et tu me diras plus tard. Maintenant, parle-moi de la lumière bleue dans l’eau.
— La petite piscine en plastique bleu avait été installée sous les branches d’un magnolia, et elle était éclairée par un projecteur bleu lui aussi. On ne voyait pas le projecteur, seulement le halo de lumière blanchâtre noyée dans l’eau bleue de la piscine. D’où nous étions, il était impossible de savoir avec précision où ce projecteur était fixé. Accroché. Suspendu. Comme une lanterne de bal. Mais il fallait que ce soit sous les feuillages du magnolia. Parce que ses feuilles vertes et luisantes, éclairées par en-dessous, apparaissaient, de là où nous nous tenions, d’un vert émeraude.
— Tu veux dire qu’il refuse de lire les chapitres où sont décrites les pratiques de torture.
— Au début, pendant longtemps, il évite de l’avouer à Joseph Gavard. Pour ne pas le décevoir. Mais celui-ci ne tarde à remarquer que Jérémie n’annote jamais les chapitres en question. Et lui aussi s’abstient de rien dire pendant longtemps, de nombreuses années. Jusqu’au jour où…
— Attends. Ne vas pas si vite. Reviens à ce vert émeraude, une fois encore. De quoi te parle-t-il ?
— Ce que nous voyions allait du vert émeraude au bleu turquoise, ou l’inverse. Jorge Luis Borges consacre à Averroës une nouvelle que j’ai recherchée, voici peu, dans mes vieux livres, que j’ai eu du mal à retrouver, et qui se rencontre dans L’Aleph. Il y évoque la figure du philosophe qui prenait plaisir à écrire la nuit, à enchaîner des syllogismes, et il ajoute cette longue phrase que j’ai apprise par cœur et qui dit : « Au fond de ce repos, s’enrouaient d’amoureuses colombes; de quelque patio invisible, montait le bruit d’une fontaine; quelque chose dans la chair d’Averroës, dont les ancêtres venaient des déserts arabes, était reconnaissant à cette continuité de l’eau. » Les nuances, du vert émeraude au bleu turquoise, sont celles de la piscine où s’enrouent les voix des fillettes qui se baignent la nuit…
— Cela sous le balcon où vous étiez deux.
— Assez vite, nous sommes rentrés. Nous ne pouvions pas rester là. Nous avons écouté encore un peu de musique. Gustav Mahler, cette fois. Face à face. Après quoi, je suis descendu avec elle. Je l’ai raccompagnée à sa voiture. » 

→ Nice-Nord. Téléchargez gratuitement le travail en cours - PDF ou EPUB. Adressez votre demande en utilisant le formulaire de Contact.


Commentaires

Articles les plus consultés